[Témoignage d'une organisatrice de démarches participatives]

Publication le ven 26/11/2021.

Europe

Servane Metzger est chargée de mission au Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères en charge du pilotage du volet national de la Conférence sur l’avenir de l’Europe.  

Pourquoi avez-vous décidé d’organiser une démarche participative sur l’avenir de l’Europe ?

Pour deux raisons principalement ; d’abord nous nous sommes inscrits dans le cadre de l’exercice européen qui est conçu comme un vaste exercice de participation citoyenne à l’échelle des 27 pays de l’Union, ce qui est déjà une vraie innovation. Nous avons souhaité proposer un exercice complémentaire. La deuxième raison, c’était parce qu’on souhaitait mettre en place un projet ambitieux, au regard des expériences nationales précédentes telles que le Grand Débat ou la Convention Citoyenne pour le Climat.

Qu’est-ce qui vous a surprise ?

Plusieurs choses. La première, ça a été l’intérêt exprimé parmi les citoyens qui ont été tirés au sort. On a tendance à penser que l’Europe n’intéresse pas, or plus d’une personne sur deux s’est montrée favorable pour participer lorsqu’ils ont été contactés. Le taux d’intérêt de prime abord était similaire à celui observé pour la Convention citoyenne pour le climat alors même que nous n’avions pas du tout la même couverture médiatique.

Puis, à titre personnel, ce qui m’a agréablement surprise, c’est la grande qualité des propositions qui ont été faites par les citoyens. En particulier au regard du choix méthodologique qui a été pris, à savoir de ne pas leur apporter d’expertise particulière en amont de l’exercice et de les laisser formuler leurs propres propositions sans cadre préalable.

Est-ce que vous avez changé de point de vue ou de regard sur les démarches participatives ?

Non, je dirais plutôt que ça a confirmé ma conviction que la participation citoyenne est une brique essentielle du processus démocratique, de façon complémentaire aux instances représentatives.

Qu’est-ce que vous diriez à un décideur ou une administration qui voudrait lancer une démarche de participation citoyenne ?

Pensez le point de sortie ! Pourquoi faites-vous cette démarche ? Quel est le niveau de granularité que vous souhaitez obtenir à l’issue ; est ce que vous souhaitez quelque chose de très précis, est ce que vous voulez des grandes orientations pour une mise à l’agenda, ou une contribution qui s’inscrit dans un cadre plus large ? Pensez le point de sortie, ne serait-ce que pour pouvoir être clair et transparent avec les citoyens.

Et je dirais aussi de s’appuyer sur des personnes expertes de la participation citoyenne. Pas besoin d’être soi-même un expert, mais il faut savoir s’entourer de personnes qui savent ce que c’est vraiment.  Nous l’avons fait en travaillant avec le Centre Interministériel de la Participation Citoyenne et c’était très aidant.

Auriez-vous un dernier commentaire, peut-être plus sur votre expérience personnelle dans cette démarche ?

J’ai été chargé de cette mission sans avoir d’expérience professionnelle préalable dans le domaine de la participation citoyenne, et honnêtement c’était extrêmement réjouissant de voir à quel point des personnes initialement très éloignées du sujet européen s’en sont emparés. En observant le travail des citoyens et leur évolution tout au long du processus, je savais pourquoi je me levais le matin.

C’est extrêmement rassurant sur l’intelligence collective des citoyens et sur leurs capacités à s’emparer des sujets politiques. A condition de prendre le temps, d’organiser la méthode de manière robuste pour réellement permettre  aux citoyens de s’emparer des sujets, ils peuvent devenir des acteurs à part entière de la vie publique.