[Témoignage d'une citoyenne] Conférence sur l'avenir de l'Europe

Publication le lun 18/10/2021.

Europe

Témoignage d'Elise, 21 ans, qui a participé au volet français de la conférence sur l’avenir de l’Europe et qui nous raconte son expérience.

Qu’est-ce qui vous a le plus intéressée durant cet atelier ?

C’est le fait qu’il y ait des débats mouvementés sans que ce soit dans l’agressivité, sans que personne ne veuille imposer un avis qui serait mieux que celui des autres. Les échanges nous ont amenés à de vraies idées. Au final, les ateliers nous ont permis de faire évoluer nos points de vue.

Je suis venue avec une idée très fermée sur l’Europe et je connaissais l’Europe que sous le volet scolaire. Je raconte souvent cette anecdote autour de moi : je ne savais pas qu’il y avait une frontière entre la France et la Belgique.

Est-ce que vous avez été surprise par quelque chose dans ce dispositif ?

Déjà j’ai cru que c’était un « gag » ! Je vous avouerai que je me suis dit que c’était une pub. Au début je me suis dit : « allez, je vais aller répondre à deux-trois questions ». Même en allant à la conférence, je ne m’attendais pas à ce que l’on sorte de tels moyens : repas, hébergement. Ils ont mis le paquet sur l’organisation.

Est-ce que vous avez changé de point de vue ou de regard sur quelque chose depuis cette concertation ?

Beaucoup de personnes avaient des idées parfois déjà arrêtées, certains qui veulent rester sur une Europe très « scolaire ». Nous les jeunes on veut une Europe qui s’éclate, qui bouge !

Est-ce que vous pensez que ça va servir à quelque chose ?

Oui, bien-sûr ! C’est sûr que ça peut toujours tomber à l’eau. J’ai trouvé les gens super impliqués ; autant Mr Beaune que les personnes qui sont venus assister à la conférence nationale. Beaucoup de politiques se sont investis ; peut-être qu’ils se sont dit l’Europe commence à s’essouffler, peut-être qu’il faut lui mettre un petit coup de peps.

Peut-être que certaines idées ne seront pas dites malgré l’intérêt qu’elles ont : « Rome ne s’est pas faite en un jour ». Je pense que tout ce qu’on a dit peut qu’être écouté parce que tout ce qu’on a formulé, a été abouti.

Qu’est-ce que vous diriez à un ami qui hésiterait à participer ?

En fait j’ai déjà converti tous mes copains ! Je me suis dit : «  y a un truc qui se passe », j’ai de la chance ! J’ai converti ma famille, mes amis. On est tous pro-Europe. C’est ce que je disais à ceux qui ont participé à la conférence avec moi : on n’a pas forcément envie de passer nos vacances, nos études qu’en France. Participer à ça, c’est une bonne chose.

Quel sera votre implication dans le comité de suivi ?

Je me suis déjà impliquée dans mon entourage dans l’Oise. Le fait d’avoir été tirée au sort pour le comité de suivi, ça me donne envie de m’impliquer sur une autre échelle, sur d’autres sujets.